Mardi 12 novembre 2019

Les appels de Nahoum (Nahoum 2,1-14)


Lire le texte

Le prophète Nahoum poursuit sa description crue du prochain effondrement de Ninive. Tout est dépeint. Les détails pas à pas de l’avancement des cavaliers. Nahoum rapporte même les appels «Arrêtez! Arrêtez!» Il brosse la désolation dernière: «Le cœur se fond, les genoux fléchissent, le frisson est dans tous les reins, tous les visages perdent leur couleur.» Ce genre de texte nous a poussés à espérer de Dieu l’impossible. Espérer que Dieu réellement ne tolère ni ne soutienne d’aucune manière ce qui nous semble injuste et tyrannique. Ninive est punie pour avoir laissé éclore et épanouir la démesure. Elle est âprement châtiée. Notre inconscient collectif s’est empressé de retenir la capacité divine à juger et punir les coupables. Nahoum l’écrit: «L’impunité, jamais Yahvé ne l’accorde.» De sorte qu’un dieu, un véritable dieu, est un dieu qui ne doit jamais accorder l’impunité aux méchants de toutes sortes. Ainsi, l’on entend les consternations des uns et des autres au vu de l’inaction de Dieu face au pire. Un vrai Dieu se lève et défend les dominés, les prophètes le hurlent dans leurs livres, comme Nahoum. Et si nous remettions en question notre idée de puissance?

Nadine Manson

Prière: Le temps suspendu par nos épreuves nous permet souvent de te parler, toi notre Créateur. Nous t’appelons à l’aide. Nous implorons un sens. Nous espérons que tu ne laisseras pas les choses continuer ainsi. Et si tu étais déjà là, si tu ne nous avais jamais quittés. Que nous sachions te percevoir!  

Référence biblique : Nahoum 2, 1 - 14

Commentaire du 13.11.2019
Commentaire du 11.11.2019